Catamaran Black Pearl

2006

2011

2012

2013



croisiere catamaran polynésie

Venez nous rejoindre à bord et passer de quelques jours à plusieurs semaines à partager notre vie sur l'eau.

Pour découvrir notre offre de charter, consulter notre site dédié au charter en Polynésie En couple, entre amis ou en famille avec enfants, nous pouvons vous accueillir et vous faire visiter les plus beaux mouillages de Polynésie aux cours d'une croisière en Polynésie Nos croisières :
Charter à Tahiti Charter Polynésie Charter aux Tuamotu Croisière à Tahiti Croisière aux Tuamotu Croisière aux îles Sous-le-vent


Puerto La Cruz : Le centre nautique du Vénézuela


Après une nuit de navigation depuis Tortuga, nous arrivons au petit matin à Puerto La Cruz, la mecque du nautisme au Vénézuela. Nous passons deux semaines à la marina Bahia Redonda, puis dix jours à TMO pour caréner (peindre sous la flottaison) puis deux semaines de nouveau à Bahia Redonda. Ces 5 semaines sont axés sur les travaux d'évolution du bateau : portique pour lever l'annexe, nouveau taud, nouvelle table de carré. Cette page est plus pour les navigateurs qui vont passer à Puerto La Cruz, nous allons essayer de vous donner un maximum de renseignement sur cette étape qui a été une étape technique pour nous.

Puerto La Cruz Puerto La Cruz est le centre nautique du Vénézuela. La ville comporte un petit port mais à côté se trouve un immense complexe résidentiel construit autour d'un dédale de canaux incluant plusieurs ports. Le tout représente une superficie importante.
Le dédale de canaux se parcourt en annexe, comme en voilier ou motoryacht et les propriétaires peuvent amarrer leur yacht au pied de leur maison. L'alternance vénézuelienne est de mise : les somptueuses demeures avec beau jardin et piscine côtoient les terrains vagues et les lotissements à maisonnettes mitoyennes multicolorés ou monochromes beige. En un mot : une cacophonie architecturale qui d'un côté tombe à l'abandon, et de l'autre se construit des palais flambant neufs.

A l'entrée se trouvent les ports : Bahia Redonda situé juste derrière la digue de l'entrée, Puerto Viejo, TMO (ex-CMO), Aqua-VI, Amerigo Vespucci, MareMares (Hotel qui propose des places au ponton). On a l'embarras du choix ! Tous ces ports ne sont pas au même prix et n'offrent pas les mêmes conditions (tarifaires et générales). A Bahia Redonda, nous payons 90 Bvs/jour soit 8€ (au change officieux).

Tout au fond des canaux prend place un centre commercial multi-magasins tout beau, tout neuf : plaza mayor. Nous nous y rendons en annexe, le parcours est assez long mais le décor des canaux au milieu des maisons est joli. Une grande surface et quantité de boutiques plutôt luxueuses pour le Vénézuela. Je profite qu'il y ait un opticien pour me faire refaire des lunettes de soleil, j'ai perdu celles faites en Martinique lors du retournement de l'annexe à Bay Maho. Je teste (NbC : tester ? ouais plutôt t'adonner !) aussi les cigares vénézueliens grâce à une boutique de cigares. Les prix sont assez élevés, surtout au niveau de vie vénézuelien. Grâce au change au noir, cela reste abordable pour nous. Par exemple, je paye mes lunettes 150€ pour des lunettes que j'aurais payé en Martinique environ 300€ (les verres correcteurs polarisés coûtent cher).

Il y a un très beau marché au centre ville (Mercado) auquel on se rend en taxi collectif pour la modique somme de 3,5 Bvs (30centimes €). Le marché comporte notamment un grand bâtiment boucherie où nombre de vendeurs vous propose une viande de très bonne qualité pour un coût ridicule : Chavez a fixé le prix de la viande, du coup celui-ci est très bas. On en profite ! Ce n'est pas souvent qu'on trouve de la bonne viande depuis notre départ.

Bahia Redonda L'arrivée se passe bien, on appelle le port par VHF canal 71, ils nous répondent qu'un gars va nous conduire. Le gars du port nous aide à nous amarrer car il faut bien avouer que nous n'avons pas trop l'habitude des manoeuvres de port, même si avec un cata et les 2 moteurs, c'est assez facile. Bahia Redonda était, il y a quelques années, un port "réservé" aux américains, mais un jour un de leurs compatriote s'est fait tué dans un canal et dès le lendemain, tous les américains sont partis. Depuis, il ne viennent plus au Vénézuela. Du coup, les français ont investi le port qui est le plus joli et le plus confortable avec sa piscine et ses petits commerces.

Première étape, prendre ses marques, se faire connaître, comprendre comment ça marche. Car ici, nous sommes au Vénézuela et à Puerto La Cruz, c'est un monde particulier. Deux agents permettent d'avoir un taux de change au noir, donc bien supérieur au taux de change officiel (Taux officiel : 1€ => 4,3 Bolivars / Taux au noir : 1€ => 11,2 Bolivars). Ensuite, il faut faire son entrée. Enfin, trouver les artisans qui vont faire les travaux. Rapidement, je me rends compte qu'il y a un homme clé qui "tient" un peu tout ce petit monde tout en voulant rendre service au navigateur, c'est José (Transpacific). L'autre agence (Keigla) lui fait concurrence (Nbc : les avis divergent bien entendu entre José et Keigla, à chacun ses préférences. Les services rendus sont les mêmes, dans les mêmes délais).

Typiquement, si vous arrivez ici pour pas mal de temps (un ou plusieurs mois), en arrivant, vous n'allez pas voir la capitainerie (officina) mais José (NbC : où l'agent de votre choix), qui vous obtiendra un très bon prix pour le port. José a un carnet d'adresse long comme le bras, il connaît tout le monde et vous pouvez lui demander n'importe quoi, il fera tout pour vous aider. Il me trouve de l'antifouling, un soudeur,...
J'ai pas mal de travaux à faire faire, donc je demande pour avoir des devis et là, il me faut plus d'une semaine pour les obtenir. Les artisans viennent, prennent les mesures, et après il faut que je leur cours après pour avoir les devis... puis négocier les prix qui sont relativement élevés (même si cela coûte beaucoup moins chers qu'aux antilles ou en Europe). Pour vous donner une idée des prix (pour ceux qui naviguent et envisagent de passer par ici) :

  • Portique en aluminium : 10 000 Bvs (900€) par Raphael
  • Bimini cockpit avec volets latéraux et arrière amovibles : 10 000 Bvs (900€) par Orient Canvas
  • Table de carré avec coffre 2 portes et plateau repliable : 9 000 Bvs (800€)

Une fois les devis réalisés, le prix négocié, le délai établi, je regarde pour caréner (nettoyer la partie immergée des coques, remettre de l'antifouling).

TMO : carénage En arrivant ici, on m'a dit "tu sors ton bateau ? Fais-le chez TMO." Ok mais bon, vu qu'on a les petits, je préférerais le faire à Bahia Redonda, histoire d'avoir la piscine à disposition. A TMO, c'est juste un yard (terrain de terre), pas un arbre, mais des produits toxiques à tout va. Du coup, je suis allé demander un devis à TMO et un à Bahia Redonda (il y a la marina et le yard à côté). Résultat des courses : Bahia Redonda est 2 fois plus cher, je leur ai dit mais ils s'en moquent. Bon, tant pis pour eux ! J'irai donc comme tout le monde à TMO, où ils carènent le bateau, je fournis juste les produits, le tout pour 350€. Je leur ai demandé pour faire moi-même le travail et en gros, c'est quasiment le même prix à 30€ près, donc on va en profiter pendant qu'ils font l'extérieur pour faire les nombreux petits travaux intérieurs (NbC : nombreux petits ? petits petits mon oeil oui !).

Ainsi donc le lundi matin je me présente devant la darse de levage : Aille, ça rentre tout juste !!! Notre bateau fait 6,70m de large et à 20cm près, on ne rentrait pas. Les parrebatages sont enlevés, on en garde juste un à l'avant et un à l'arrière car au milieu, il n'y a pas assez de place. Mais bon, finalement, ils sortent le bateau de l'eau, un coup de grattage et de Karcher et la coque présente une teinte multicolore rouge, bleu, noir : les différents antifouling passés (NbC : Thomas pendant ce temps-là cours après les iguanes... va finir par se faire mordre ce gamin !!).

Le chantier compte 8 jours pour effectuer le travail, d'ordinaire cela prend à une personne 3 jours, mais bon ils "travaillent" sur plusieurs bateaux. En fait, la première semaine, seul un gars est venu poncer les coques pendant une journée. Du coup, le dimanche en compagnie d'un ami voileux, Xavier sur Assinie, on a passé une couche de primer pour que le lundi, on aille leur dire : "Bon maintenant, soit vous vous y mettez, soit on finit tout le travail" sous entendu on paye moins ! Mais bon, le lundi, il s'y mettent et du coup en 2 jours, c'est fait. Il passe les 2 couches d'antifouling, je finis le dernier pot en passant une troisième couche sur les principales parties (flottaison, dérive, safran...). Le lendemain, on remet le bateau à l'eau, il est tout beau tout neuf ! Après 10 jours sur le yard, nous sommes bien content de remettre le bateau à l'eau (NbC : et de retrouver la piscine, la fraîcheur de l'eau sous le bateau, les copains du ponton, les iguanes... bref on est heureux !)

On retourne à Bahia Redonda pour finir nos travaux avant de repartir courrir la mer des Caraïbes. Les artisans doivent installer maintenant leur travail. Je fais donc le tour des 3 artisans et je les poussent pour la livraison... évidemment, ils ont eu des contre-temps... (NbC : un match de foot Venezuela/Argentine gagne donc journée de fête, un jour férié, une coupure d'électricité générale de la ville, une machine neuve qui casse, une grand-mère malade ?!? non ?!?) du coup, c'est la semaine prochaine qu'ils viendront poser la nouvelle table, le portique et le bimini. Au final, il nous aura fallu 5 semaines pour faire réaliser nos travaux. Mais bon, le résultat est de très bonne facture. Liste des travaux : remplacement des câbles des panneaux solaires (du coup, on a gagné 30% de production électrique), ceux du frigo, passage des câbles pour l'éolienne (NbC : ouais ! merci bien ! coincée dans un coffre à bourrer des câbles de 15 dans des trous de 6 !!), changement de la drisse de spi, de la drosse de génois, démontage de l'anémomètre/girouette, colmatage des fuites dans les puisards et vidage des quillons (?!?!?), vernis, gelcoat, époxy dans les différents trous, réfection des joints des capots avant, changement des enceintes du cockpit (NbC : exigence du cap'tain !?! m'enfin était-ce nécessaire ? un trou dans notre budget, une folie financière oui !!), installation du portique, des panneaux solaires, de l'éolienne, nouveau bimini, nouvelle table de carré, changement de la poulie de GV, changement d'une durit en cuivre qui fuyait, changement des préfiltres - casse au passage du bol pour voir si on a de l'eau donc à réparer... (NbC : ouais ! on attends les mauvaises langues qui disent qu'on ne fait rien sur un bateau !!)

Rencontre Pour décrire complètement notre séjour ici, il est important de parler des différentes rencontres qu'on a pu faire. Comme je l'ai dit, il y a beaucoup de français ici, que ce soit à Bahia Redonda ou à TMO. Du coup, nous avons rencontré beaucoup de bateaux avec des programmes très variés in fine. Le mercredi soir, par exemple, est organisé un barbecue à Bahia Redonda durant lequel tous les bateaux sont invités à prendre l'apéro et dîner (NbC : le charbon de bois et les glaçons sont offerts par la marina! héhé). Très sympa pour mieux faire connaissance et passer une bonne soirée. La plupart des bateaux sont des retraités et nous sommes le seul bateau français avec des enfants, du coup tout le monde nous connaît et les enfants discutent facilement avec les différents gens de bateaux (NbC : surtout Thomas qui n'est pas timide et qui raconte à tout le monde ce qu'on fait, héhé !).
Nous avons retrouvé Xavier (celui qui m'avait fait essayer le KiteSurf à Tortuga), ancien pâtissier, parti depuis 2 ans en solitaire. Il viendra passer quelques jours à bord car son bateau est sorti de l'eau et placé en zone de stockage, il ne peut plus habiter dessus dès lors. Les enfants l'adopteront de suite, Romane aura même la belle demande "Maman, on peut adopter Xavier pour qu'il fasse partie de la famille ?" (NbC : les papiers sont en cours !)
Un matin, un gars sur le ponton m'adresse la parole, il parle allemand voyant le pavillon, je lui explique en anglais que nous sommes français mais que le bateau est immatriculé en allemagne. Harold me demande si on peut l'héberger car son bateau est en zone de stockage chez TMO et vu que nous sommes le week-end, tout est fermé. Du coup, il passe un week-end avec nous. Curieuse rencontre, Harold nous raconte un peu sa vie : il a fait un tour du monde pendant 7 ans avec sa femme et sa fille, puis 2 ans en mer rouge, puis le tour de l'Afrique (le tout en voilier), il est en train de contruire un catamaran en autriche mais vient de racheter son premier voilier... bref une vie bien remplie ! C'est le genre de personne qu'on rencontre et qui vous marque par leur simplicité tout en ayant vécu tant de chose...

Résumé NbC : pour résumé, vous pouvez arriver à Bahia Redonda sans avoir réservé. Une fois sur place, allez dans la galerie après la piscine et après la succursale de l'ambassade de France et du restaurant. Vous trouvverez les 2 bureaux des agents. Choisissez-en un. Il s'occupera de votre entrée. Vous pourrez discuter avec lui de vos besoins : matériaux, artisans, voyages. Ils s'occupent aussi des voyages internationaux, nationaux, week-end et séjour au Vénézuéla (leur première fonction en fait). Voyez avec la marina pour les prises électriques (110 ou 220V, caution de 300Bvs) et les clés des douches (caution de 30BvS) et des cartes de piscine. Mieux vaut aller aux douches le matin tôt ou le soir après 20h00 (entre 17h30 et 19h00 c'est la ruée et il n'y a plus d'eau chaude....enfin pour ceux qui veulent une douche chaude !). Vous pouvez tout à fait faire le carénage à TMO et continuer de venir à la piscine de Bahia. Il n'y a pas de contrôle.

A Bahia il y a une laverie, au bout de la galerie des agents. Elle est ouverte du lundi au samedi. Cela coûte 20bvs le sachet de linge. J'amenais un gros sac de courses rempli à ras bord et ça me coûtait 60Bvs. Compter 2 jours de délais en fonction du nombre de plaisanciers présents. Travail bien fait. Attention néanmoins au linge qui déteint, elle ne fait pas de séparation (aille mon débardeur rose avec le petit haut bleu... joli mixte à la sortie !). Il y a aussi un coiffeur. Le restaurant propose un menu à 40Bvs tout les midis. C'est sympa. Vous pouvez aussi sortir de la marina (qui fait très "américaine" car gardée, ceinturé d'un haut mur et cloturé de fil barbelé !) pour manger à côté de la marina le long de la plage mais à 18h00. Après 20h ça ferme !.

Pour aller au marché, prendre un taxi collectif ou presto puerto, c'est à dire une voiture avec un indicateur sur le toit genre "taxi" mais pas marqué "taxi" héhé.( je précise voiture pourrie : les poignées de vitres sont cassées, les poignées de portes aussi d'ailleurs, pas de clim', les pare-brise souvent fendu, les sièges...tenus certains par une chaine, pas de ceintures... mais ça roule !). On s'entasse à 3 derrière et 2 devant, les enfants sur les genous ne paient pas, on paie avant ou pendant ou à la fin. c'est 3,5Bvs le trajet. Si vous préférez les vrais taxi cela coûtera 30Bvs le trajet ou 60Bvs de l'heure. Vous aurez peut-être la chance d'avoir la clim' ;-). Mais comme vous prendrez forcément les bouchons cela coûtera forcément plus cher que prévu.

A la marina vous pourrez obtenir les prestations des artisans suivants : menuisiers, soudeurs, couturiers (taud, bimini ou coussins de carré, mousse pour matelas et housses : artisans différents), mécano (miguel qui habite sur son bateau), voilerie. Ces artisans doivent payer un "droit" pour travailler à la marina. Donc il est possible que si vous trouvez un artisan à l'extérieur de la marina il ne puisse venir. Se renseigner. Sur place il y a aussi des personnes à tout faire : gelcoat, epoxy, peinture, polish, taxi, et bidonnage pour le plein de diesel. Attention au Vénézuéla les étrangers ne peuvent pas présenter leur bateau pour faire le plein. Merci Chavez. Donc certains proposent de "bidonner". Ils vont faire le plein à la station service du coin dans des bidons et reviennent vous remplir vos réservoirs. Prévoir une bonne séance de nettoyage ! et surtout un prix "exorbitant" (100Bvs les 100 L. au lieu de 5Bvs pour 120 L., jolie marge !?!). Pour l'annexe pareil. Nous, nous avions demandé à un ouvrier de venir avec nous pour faire le plein direct des réservoirs de l'annexe au prix vénézuélien. Top ! Pour le bateau nous avons bidonné nous-même à Carenero. Encore le rare endroit où ils acceptent de laisser les étrangers leur acheter de l'essence.

Voici les magasins que j'ai trouvé et comment y aller : A plaza Mayor (aller en annexe) : supermarché, pharmacie, opticien, vendeur de cigares, gaz et essence à briquet, magasin de jouets, banque, McDo, librairie, restaurants divers et variés, magasins de plongée, petits accastillages, magasins de vêtements, chaussures, informatique, téléphonie.
Au Marché et à côté : fruits, légumes, viandes, épices, alcools, boulangerie, magasin chinois, aliments pour animaux et nécessaire pour eux.
Vers la place Bolivar : magasins de peinture (entre autre "Todo para la pintura" très sympa, je parle pas espagnol et j'ai pu me faire comprendre sans problème par le patron !).
Magasins d'accatillages : vous oubliez ! y'a pas d'accastillage "voiliers" : pas de poulie, pas de winch.... Vous pourrez trouver un peu de cordages et produits de colle à Orient Canvas à AquaVi après TMO.
Si vous devez aller à un magasin en taxi, y aller le matin tôt et non vers midi ou dans l'après-midi sinon bouchon assuré ! et donc tarif augmenté !
Il est possible que j'ai oublié des magasins ou certains artisans. Posez nous la question par mail, nous nous ferons un plaisir de répondre (même si nous mettons du temps à répondre, héhé !).

Galerie de photo : Voir la galerie de photo de Puerto La Cruz




Soyez le premier à commenter cet article.
Votre nom :
Commentaire :

Dans le nombre 23578, quel chiffre est après 7 :